EN | IT | FR | ES | DE | RU | SV
Hotel Conca d'Oro

Excursions

Positano n’est pas seulement un excellent point de départ pour des excursions, mais un pays riche d’activités

Positano représente un excellent point de départ, à cause de sa position centrale, pour une série d’excursions agréables, à la recherche des merveilles qui rendent la côte amalfitaine connue dans le monde entier.

Nous vous conseillons des lieux archeologiques à visiter comme Pompeii & Vesuvius, Herculaneum, Paestum ou autres pays de la côte amalfitane comme Amalfi, Ravello, Grotta dello Smeraldo.
Pendant l‘été on parte pour les iles de Capri et d’Ischia.

La reception sera très heureuse de Vous donner toutes les reinsegnements pour l’organisation de cettes excursiones.

Positano la perle de la côte Amalfitaine

Les habitations adossées les unes aux autres, les étroites ruelles, avec les riches boutiques, descendent rapidement entre les maisons comme des torrents entre les gorges rocheuses débâchent toutes sur « La Spiaggia Grande » c’est peut être le seul cas au monde où la vue du paysage derrière vous est plus belle de celle de la mer.

Les autre plages de Positano sont: à l’ouest « Fornillo » et « Remese » tandis qu’à l’est il y à « La Porta », « Fiumicello », « Arienzo » et « Laurito ».

Positano n’offre pas seulement la mer. Avec des agréables excursions il est possible de visiter de suggestives zones des « Monti Lattari » au dessus du pays. A 3 km il y à les hameaux de « Montepertuso » et « Nocelle ». De la commence le célèbre « Sentiero degli Dei » avec un panorama, sur toute la cote, absolument unique et inoubliable on peut décider des routes plus hautes, sur « Monte Sant’Angelo a Tre Pizzi », qui réunit les sommets plus hauts de la péninsule, supérieurs à 1400 mètres.

Crypte médiévale de l’église de positano

Situeé sous l’abide de l’église de santa maria assunta et de san vito, la crype médiévale présente aujourd’hui une abside voutée à croix et quatre nefs voutée en berceau, avec des arcs reposant sur des colonne set des bases de colonnes de réutilisation utilisées comme capitales appartenant à la villa romaine de positano.

L’aspect actuel est le résultat de plusieurs interventions successives au fil des siècles,l’accès en fait, n’est q’un trou élargi réalisé dans les années 60 du siècle dernier.

Selon certaines sources, cette structure serait avant l’achèvevent de l’église supérieure. Elle effectuait functions liturgiques, au centre de l’abside centrale. Une grande partied du “subcorpo” (ains défin par e.talamo, qui a fait l’histoire de positano) est perdue ou incorporent deux desm quatre colonnes été élargie et la cripte a été utilisée comme cimitière.

Les gouttières de la fin du XVII siècle, qui occuèpent une partie de l’abside et la divisait l’enterrement des sant-cloud, entré en italie en 1806, qu’interdisait l’enterrement des morts dans les villages, chaque entrée de la crypte a été définitivement fermé, soi le regard (?) qui se trouve entre les deux arcs voutées à croix de l’abside, que l’entrée à N-O compose d’un éscalier. A’ gauche de ce dernier on peut voir le seul fragment visible d’un fresque de la crypte, restauré pendant les travaux de la surveillance(?) commencés en 2005 et conclus en 2009, année de la réouverture de la cripte, aprèes eviron 200 années.

Amalfi

La La fondation de  la  villa d’Amalfi remonte aux Romains (ses armes portent l’inscription « Descendit ex patribus romanorum »).
Dès le IXè siècle, elle devient une des Républiques maritimes, rivalisant avec Pise, Venise et Gênes pour le contrôle de la Méditerranée. Elle faisait le commerce des céréales, du sel et des esclaves, exportait du bois de construction vers l’Égypte et la Syrie et importait en occident les soieries de l’Empire Byzantin.
Les marins d’Amalfi, les premiers d’Occident à utiliser la boussole, firent la fortune de la ville. Au 9è siècle, les marchands amalfitains utilisaient déjà une monnaie en or alors que la plus grande partie de l’Italie en était encore à une économie de troc.
C’est vers le milieu du XIe siècle, que des marchands Amalfitains établis à Jérusalem furent à l’origine de la fondation de l’Ordre de Malte.
Les Tables Amalfitaines, le Code Maritime d’Amalfi, un des premiers codes du genre, eurent une grande influence jusqu’au XVIIè siècle.

Amalfi connu sa plus grande prospérité au onzième siècle, après quoi elle connut une décadence rapide : en 1131 elle fut conquise par les Normands, puis fut pillée par les Pisans 1135 et en 1137.
En 1343, lors d’une tempête, un raz-de-marée détruisit une grande partie de la ville.
Le plus célèbre monument d’Amalfi est certainement sa cathédrale (Duomo) de style arabo-normand et dédié à Saint André (Sant’Andrea), son Saint Patron protecteur. Sa construction fut entamée au XIème siècle et de nombreuses fois remaniée au cours de l’histoire. Elle se distingue de part son imposante façade, ses portails en bronze réalisés en 1066 à Constantinople, pour son très beau Cloître du Paradis et son célèbre perron.

De nos jours, Amalfi est une ville très touristique. La beauté du site naturel, le dédale d’étroites rues médiévales escarpées et le mélange particulier d’influence culturelles venues de toute la Méditerranée en ont fait une ville classée au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1997.
Amalfi est également connue pour sa production de citrons de qualité – dont elle est tirée une liqueur, le limoncello – et son papier fait main, avec l’industrie de « cartaria » très florissante au cours de son histoire et toujours vivante aujourd’hui.

Événement traditionnel, chaque année un équipage de marins amalfitains participe à la régate des Républiques maritimes en défiant les armes de ses trois villes homologues : Venise, Pise et Gênes.
Petite ville pittoresque au coeur de l’admirable côte amalfitaine. Face à la mer, Amalfi aujourd’hui est une station balnèaire haute en couleur. Les monuments les plus intéressants à visiter sont Duomo di Amalfi, avec son Chiostro Paradiso.

Capri

Luxuriante, extraordinaire, au climat doux.
D’origine calcaire, Capri est l’île méditerranéenne qui a vu passer des intellectuels, des artistes et des écrivains, tous extasiés par sa beauté magique.
Un mélange d’histoire, de nature, de mondanité, de culture, d’évènements, que l’on rencontre tous les jours et qui ont donné naissance au Mythe de Capri, un mythe unique au monde.

Entre le mont Tibétio et le mont Solaro, sur une « selle » à cheval entre Marina Grande, au nord et Marina Piccola, au sud, on trouve la petite ville de Capri.
C’est aussi le soir qu’il faut décrouvrir Capri, dans le calme et la sérénité, bien loin de la multitude des touristes qui affluent par milliers chaque jour en hydroglisseurs!
Déambuler dans les petites ruelles blanchies à la chaux, assister au coucher de soleil, profiter alors de la quiétude revenue de la Piazetta, place centrale de la ville, tout cela est CAPRI…

La Grotta Azzurra est la plus célèbre des grottes marines de Capri. Autrefois connue sous le nom de Gramola, elle fut « redécouverte » en 1826 par le peintre allemand August Kopisch. Ses profondeurs hallucinantes sont illuminées par les reflets de la lumière du soleil qui pénètre par réfraction. A voir absolument.
Visite tous les jours de 9 h 00 à une heure avant le coucher du soleil.
La visite n’est pas possible les jours où les conditions de la mer sont mauvaises
Accès par la route depuis Anacapri (un peu long).
Accès par bateau depuis Marina Grande (payant mais plus pratique).
A voir entre 11h et 13h quand la lumière a ses plus beaux effets.

Ischia

Ischia est l’île VERTE car elle est très fertile et couverte de nombreuses cultures et forêts.
Ce coin enchanteur commence à être reconnu pour les bienfaits des cures de thermalisme d’origine volcanique.
Profiter du soleil, de la quiétude et des cures thermales…c’est Ischia.

Pendant  l’été il  y a  le  bateau  directment  de  Positano.

Naples

Naples est une  ville  d’art et de culture,riche en   palais et monuments qui tèrnignent la splendeur du passé.Son panorama est un des plus particularies et suggestifs au  monde entier.Découvrons
Ensemble son charme! Un  tour détaillé Vous donnera l’opportunité de  traverser le  coeur  de  la  ville, de visiter le  centre historique,de admirer ses splendides monuments et  ses magnifiques beautés.
Vous pouvez commencer par un promenade dans le vieux Naples, Spaccanapoli. Ce quartier populaire a été construit sur les voies principales de l’ancienne colonie grecque Neapolis. Il renferme une grande partie de la richesse architecturale de la ville. Il faut s’y perdre, observer l’animation et découvrir ses églises (Santa Chiara, San domenico Maggiore, la Chapelle San Severo pour voir le superbe Christ voilé de Sammartino, le Duomo dédié au saint patron de la ville saint Janvier…) et ses places (piazza Bellini, piazza del Gesù Nuovo…).
» Partez ensuite à la rencontre du centre monumentale et rendez-vous à la piazza del Plebiscito. Autour de cette gigantesque place en arc de cercle, se dresse la Naples aristocratique. Rejoignez le Castel Nuovo, imposant château du XIIIème siècle, après avoir vu le Palazzo Reale ou palais royal et le teatro San Carlo de style néo-classique (le deuxième théâtre d’Italie après Milan).
Ce quartier est également un paradis pour les amateurs du shopping. Deux adresses à retenir : la magnifique galerie Umberto Ier (qui voulait rivaliser avec la galerie Vittorio Emmanuele de Milan) et la via Toledo qui est la principale artère commerçante de la ville.

Tout au nord de la ville, le musée archéologique est à voir absolument. Ce musée est l’un des plus importants musées d’antiquités grecques et romaines au monde. Il contient de nombreux objets provenant de Pompéi. Nous vous conseillons de le voir après avoir été à Pompéi, afin de prendre toute la mesure des pièces exposées. Un peu plus haut vous attend la galerie Capodimonte. Elle renferme une belle collection de peinture italienne.

Le Château de l’Oeuf trône dans l’agréable port de Santa Lucia au pied de Naples. Cette citadelle, sur laquelle plane une étrange légende, est indissociable du panorama napolitain.

Ceux qui ont un peu plus de temps pourront s’arrêter dans les quartiers et sites suivants : la chartreuse San Martino et sa très belle vue sur le golfe et la ville, la Mergellina qui est le quartier le plus agréable pour flâner en bords de mer et le quartier espagnol qui a mauvaise réputation (un minimum de prudence à avoir) mais qui offre de très belles scènes de la vie napolitaine.

Pompéi

Pompei fut détruite par l’éruption du Vésuce de l’an 79 après Jesus Christ, enterrée et recouverte de sept mitre de cendres et de lapilli. La visite des anciennes follie Vous donnera la possibilità de voir d’innombables pièces bien préservées qui témoignent la prospérité de cette ville en époque romaine.

Ravello

Ravello est placée à pic sur la mer séparant la vellée du Dragone de celle du Reginna, grâce à sa charmante position et à la douceur de son climat, c’est une localité de séjour parmi les plus renommées en Italie.

Palais Confalone

Actuellement propriété de la famille Vuilleumier, le palais Confalone a été nommé Hôtel Palumbo d’après le nom de Pasquale Palumbo, ancêtre des propriétaires. Bâti par un architecte arabe en 1100 quand Ravello était une colonie d’Amalfi, le palais garde, de la structure originale, la cour entourée de colonnes romaines qui soutiennent une suite d’arcs aigus. La tour, le bar en style mauresque, le mobilier ancien, les tapis persans et les colonnes pêchées dans la mer d’Amalfi avec chapiteaux doriques, ioniens, corinthiens, créent une ambiance très suggestive.

Villa Rufolo

Villa Rufolo rassemble tous les détails de charme de Ravello: l’association harmonieuse d’une nature riche en couleurs et lumières avec un art d’inspiration orientale caractérisé par un mélange de petits balcons, flèches, colonnades et arcades. C’est un panorama de mille et une nuits qui évoque en même temps la mythique Shéhérazade, les butins et les incursions des pirates sarrasins, les jardins secrets des harems musulmans et la blancheur immaculée des mosquées maghrébines. Un lieu évocateur qui inspira les âmes sensibles d’artistes, poètes, musiciens et peintres et qui séduisit voyageurs et hommes de culture. La villa, à laquelle on accède de la place Vescovado, a été bâtie entre 1270 et 1280 par les Rufolo, riches marchands qui étaient actifs dans la Méditerranée à l’époque des Normands. Demeure magnifique, villa Rufolo a été nommée par l’imagination populaire la villa aux 365 chambres. Dans sa période d’or la villa s’étendait jusqu’à Marmorata, près de la mer. Ensuite, le partage de la propriété, les dégâts des tremblements de terre, en particulier celui de 1713 qui détruisit le cloître, et l’abandon successifs provoquèrent la destruction de plusieurs parties de la villa suivie de restaurations parfois déplorables.

Villa Cimbrone et le Boulevard de la Terrasse de l’Infini

En 1904, à l’endroit où s’érige la Villa Cimbrone, il n’y avait que des ruines. A cette date, un gentilhomme anglais, Ernest William Beckett, informé par son couturier d’origine ravellaise, Nicola Mansi, que ce lieu était un endroit au panorama exceptionnel, l’acheta et confia au couturier, en qualité de gardien, les travaux de restauration. Ces travaux, exécutés par des ouvriers locaux, transformèrent les ruines en un bâtiment surmonté de deux tours et avec une cour, décoré d’éléments de différentes provenances. Le boulevard de la Terrasse de l’Infini conduit dès l’entrée, à travers un magnifique jardin, d’abord au petit temple de Cérès en style dorique avec la statue de la déesse symbole de la nature, et après à la Terrasse de l’Infini décorée avec les bustes anciens des 7 rois de Rome. Le boulevard conduit aussi au Belvédère où se trouve la statue en bronze de Mercure, messager ailé des dieux, protecteur des commerces et des voyageurs, représenté comme un jeune homme qui se repose assis sur un rocher. Le boulevard continue jusqu’au temple de Bacchus, en style grec, décoré par une statue en bronze qui représente un satyre portant le dieu enfant. Les cendres de Lord Beckett, mort le 9 mai 1917 sont conservées dans le temple. Pour finir, ne ratez pas la tea room, salle rectangulaire aux piliers couverts de faïences et parois ornées d’arabesques.

Dôme

Dédié à Notre-Dame de l’Assomption et ensuite au Saint Pantaleone, le dôme a été bâti pour la première fois en 1086 par le premier évêque de Ravello. Bâti en style roman et modifié plusieurs fois à l’époque baroque, le dôme est caractérisé par le clocher du XIIIème siècle et les portes en bronze. A remarquer aussi la chapelle de Saint Pantaleone, dédié au saint patron de Ravello, aux parois peintes à fresques avec les scènes des miracles et du martyre du saint, où est exposée la burette contenant le sang du saint et la chaire de l’évangile, caractérisée par le pupitre en forme d’aigle en basalte, symbole de l’évangéliste Jean où est inscrite la première phrase de l’évangile « In principio erat verbum ».

Sorrento

La Péninsule de Sorrento a un paysage unique au monde, dans le quel colline basses et hautes se succédent à vallons et à majestueuses montagnes, où grandiose a été l’œuvre de l’homme, qui a nivelé les zones plus inaccessibles, en les transformant dans les très connues terrasses, marches de terre degradants vers la mer, sur les quels il a cultivé orangier, citronniers, oliviers et vignes. Il sont les jardins des délices qui en printemps exhalent un enivrant parfum. Le climat doux et sec pour la grande partie de l’année fait de la Péninsule la déstination idéale pour toutes les saisons
Cette terre fut aimé par les Espagnoles qui la gouvernèrent pendant toute l’age moderne, pour son abondance de fruits, poisson, oiseaux, viande et fromage. Et, après eux, au cours du XVIIIe siècle, la Péninsule de Sorrento fut redécouverte par le Grand Tour. Les intellectuels de l’Europe entière, comme Nietzsche et Ibsen, trouvèrent ici aliment spirituel et cultural, en inaugurant le goût de vivre en villa, qui a fait de la Péninsule de Sorrento destination convoitée pour un tourisme exclusif.

Aujourd’hui les villas aristocratiques se succédent aux prestigieux hôtels, campings et agritourismes, qui offrent un comfort de niveau élevé et qui font partie d’un plus ample reseau de services touristique. Dans une ambiance ordonnées et sûr, chacun peut passer sa vacance idéale, ayant l’opportunité de choisir parmi nature et silence, santé et culture, bains, traitements thermaux dans les eaux du Scrajo, excursions en bateaux, promenades naturalistes, excursions archéologiques dans les nécropoles d’Aequa et Deserto et visites aux musées (Musée Mineralogique, Musée Correale, Musée-atelier de la marqueterie du bois, Musée archèologique « Georges Vallet » à Villa Fondi), aux centres historiques avec leur monastères et cloîtres, comme le Cloître de S. Francesco à Sorrento, et aux anciens hameaux avec leur églises fresquées, comme la Chapelle de Santa Lucia à Vico Equense; mais aussi bien sport et événements musicaux et cinématographiques de résonance internationale, spectacles de théâtre, night clubs et bars.

Vésuve

Le Vésuve est le seul volcan actif en Europe continentale, le plus peuplé (20 communes pour un total d’environ 400’000 personnes) et c’est aussi le plus étudié du monde.
La forme actuelle du volcan est le résultat de l’alternance d’éruptions de type explosif, qui ont produit des dépôts pyroclastiques, et de type effusif, qui ont quant à elles produit de la lave ; la structure volcanique résultante est appelée
substrat-volcan. Les éruptions plus anciennes, remontant à 25’000 et 17’000 ans, ont en partie démoli le volcan ancien, le Mont Somma, à l’intérieur duquel s’est formé le Grand Cône du Vésuve. L’ensemble des deux structures prend le nom de complexe volcanique Somma-Vésuve et il représente un exemple typique de volcan à enclos.
Le point le plus haut du Vésuve se trouve à une hauteur de 1282 mètres.
Le cratère actuel a un diamètre maximal de 650 m. et une profondeur de 230 m. A la base du cratère, il y a plusieurs bouches éruptives desquelles sont sorties bon nombre des coulées de lave d’époque historique, à partir de 1631
jusqu’à 1944, date de la dernière éruption. Actuellement, on trouve sur le grand cône du Vésuve des petites fumerolles, signe évident de son état de repos actif.